Interviews

« Pardon », premier roman d’une jeune auteure

« Je me souviens d’un soir d’hiver. Nous sommes en 2015 et Noël approche déjà ! Je retrouvais mon amie Erika à la sortie du bureau. Rencontrée au collège puis perdue de vue après le lycée, à cause des chemins différents pris par chacune de nous. Puis finalement retrouvée, il y a presque 3 ans, grâce à Internet ! Nous parlions des cadeaux de Noël – il m’en manquait pleins ! – et de bouquins. Toutes deux passionnées par la lecture, nous échangions sur nos derniers livres lus et l’état de notre « PAL » ! Puis, Erika me dit :
« J’aime biens les livres qui parlent de sujets bizarres, étranges, limite tabous. J’aime bien quand l’environnement des personnages est perturbant, que l’intrigue n’est pas morale… »
Je crois lui avoir répondu que la littérature permettait d’ouvrir le champ des possibles, de nourrir un imaginaire fictionnel, comme on le voit au cinéma aussi.
« Tu vois, j’ai jamais lu un livre sur… sur l’inceste par exemple. Sur l’inceste entre un frère et une soeur. »
Et sans trop y croire, je lui réponds :
« Tu n’as qu’à l’écrire ! »

Plus d’un an après, je me revois dans le train, revenant sur Bordeaux, feuilletant Pardon, le premier roman d’Erika ! Quel chemin et quelle rapidité !

Pardon raconte l’histoire d’amour entre un frère et une soeur. Ce que l’on ressent au fil des pages, c’est le sentiment d’immoralité qu’éprouve le jeune homme, complètement pris d’amour pour sa petite soeur. « Pardon » de quoi ? « Pardon » à qui ? Un livre qui, à travers l’angle du frère, relate les différents sentiments, les malaises émotionnels, les inconforts vis à vis du cercle d’amis ou de l’entourage familial. Ce n’est pas un roman érotique ou violent. L’inceste décrit n’a jamais été forcé. Il est consenti et si l’on s’en tient à l’histoire d’amour, c’est – presque – normal.
Bien que le sujet ne m’enchantait pas beaucoup, j’ai pris plaisir à découvrir la plume d’Erika, son style. Une lecture aisée, fluide, toute en retenue parfois, délicate.

Erika a sorti son premier livre en autoédition.
Véritable vie d’auteure qui, je l’espère, s’ouvre à elle, j’ai eu la chance de l’interviewer, à la suite de la sortie de son premier roman pour découvrir en quoi, écrire, était devenu essentiel dans sa vie !
Bonne lecture !

Erika, peux-tu commencer par te présenter : qui es-tu, d’où viens-tu et depuis combien de temps écris-tu ?

Bonjour, je suis une femme dans l’année de ses vingt-sept ans qui vit aux environs de Bordeaux. Je partage ma vie depuis plus de sept ans avec un fiancé très compréhensif grâce à qui je peux aujourd’hui me consacrer uniquement à ma passion qu’est l’écriture.

J’écris depuis très jeune mais je n’avais encore jamais été jusqu’à rédiger un vrai manuscrit. Je me contentais de petits textes en accord avec mes sentiments du moment. Néanmoins, le goût de l’écriture a toujours été présent.

Tu viens de sortir ton premier roman, « Pardon », disponible en téléchargement et à l’achat sur Amazon et Lulu.com. Peux-tu nous raconter ton histoire d’auteure ?

C’est plutôt amusant de te répondre à toi sur le sujet considérant que tout est parti d’une discussion que nous avons eue !

Même si j’ai toujours eu ce rêve un peu fou d’écrire un livre, je ne me suis jamais lancée. Je manquais de temps et j’étais en permanence trop stressée pour pouvoir me plonger dans l’écriture. Finalement, ma vie a pris un nouveau tournant et j’ai eu l’occasion de me remettre à écrire. Mais je ne l’ai pas immédiatement réalisé. C’est au cours d’une discussion avec toi, lorsqu’on parlait de livres et des sujets tabous que j’aimais voir exploités en littérature, que l’idée est venue. J’ai exprimé mon désir de lire une histoire d’amour entre un frère et une sœur, pour voir comment cela serait exploité, et je n’ai rien trouvé. Alors, une de nous (je ne sais plus laquelle) a dit qu’après tout, je pourrais l’écrire moi-même. Et c’est parti de là, tout simplement. Je n’imaginais pas que cela serait un tel tournant dans ma vie ! »

Retrouvez l’interview complète sur le blog La Grande Bouclée !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *