Blog

Le cyber-harcèlement : tous responsables

Récemment, j’ai eu la confirmation que les réseaux sociaux pouvaient être néfastes (des fois que j’en doutais…) et j’ai réalisé certaines choses sur le comportement de gens qui ne sont à la base pas mal intentionnés. J’en ai réalisées sur mon propre comportement passé. Je voulais en faire une vidéo, mais ma convalescence de deux mois m’en empêche, alors me voici pour un nouvel article sur notre responsabilité à tous dans le cyber harcèlement !

Pour commencer, je vais vous expliquer un peu ce qu’il s’est passé, sans prendre partie, sans reprendre le débat, ce n’est pas le thème de l’article et bien que j’ai un avis sur la question, je ne souhaite pas participer à cette discussion, juste replacer les choses pour que vous compreniez d’où j’arrive avec cet article.
Un auteur qui partage souvent des conseils via son compte Twitter a exprimé son avis quant au fait de s’équiper d’outils performants pour améliorer ses écrits (le programme Antidote, par exemple). Selon lui, il est nécessaire d’investir dans de tels outils si l’on souhaite se professionnaliser. (Là encore, je ne débattrai pas ici de la différence entre auteur amateur et auteur professionnel, ce sera le sujet d’une future vidéo IGTV.) Vous vous en doutez, certains n’étaient pas d’accord avec lui. Rien de nouveau sous le soleil, nous ne tomberons jamais tous d’accord, sur aucun sujet, et tant mieux ! Sans ça, il n’y aurait plus de débat, plus de discussion.
À la suite de ce tweet, l’auteur a été pris pour cible, il a été affiché sur Twitter par des personnes qui ne partageaient pas son avis et de son côté, il aurait apparemment lui aussi affiché une personne qui n’aurait pas été d’accord avec lui (j’emploie le conditionnel pour le second point car si j’ai vu de mes yeux des gens afficher l’auteur, je ne le suis pas, lui, alors je n’ai pas pu voir ce qu’il avait fait de son côté), créant ainsi une situation très compliquée. Les deux se sont donc fait harceler, ont reçu des messages très agressifs, parfois même des insultes… ils se sont fait cyber-harceler.

Des situations comme ça, on en voit souvent et si ces personnes ont réussi à passer au-dessus, ce n’est pas le cas de toutes les personnes harcelées, certaines en viennent à se suicider. Je ne vous apprends rien.
« Quel rapport avec moi ? » me direz-vous ? Eh bien, je pense qu’il y en a un.

En tant qu’être humain, nous avons une responsabilité vis-à-vis des autres, et pas juste nos proches ou les personnes que l’on a envie de respecter, TOUS les êtres humains. Nous ne pouvons exister sur cette planète sans les autres et nous avons besoin les uns des autres. Pour cette raison, nous sommes tous responsables et c’est pour ça que nous avons des lois, une éducation, etc., pour vivre en société, vivre ensemble. Notre responsabilité s’étend plus loin, à mon sens. Nous ne pouvons pas prendre part à un harcèlement, voir la personne mettre fin à ses jours et dire « c’est elle qui a choisi, je n’ai pas appuyé sur la détente », non, mais tu lui as tendu l’arme. Nous sommes responsables. Et si je fais cet article aujourd’hui, c’est parce qu’en voyant certains de mes contacts exposer / afficher cet auteur, j’ai réalisé qu’ils étaient des acteurs de ce cyber-harcèlement, j’ai réalisé que moi aussi, je l’avais sûrement été un jour, et je voulais en parler.

Lorsqu’une personne poste un tweet depuis un compte public, elle rend ses pensées publiques aussi, ses mots ne lui appartiennent plus, ils sont à tout le monde. Ainsi, elle doit savoir qu’elle recevra des messages n’allant pas dans son sens. Il est donc normal de répondre (dans le respect, en notant que le manque de respect peut être un ton condescendant, pas forcément une insulte, et que ce n’est pas parce qu’une personne est irrespectueuse qu’il faut être aussi bête en répondant de la même manière…) et d’échanger. Pour autant…

La liberté d’expression dont nous jouissons ne nous donne pas tous les droits. Répondre à un tweet pour exprimer notre avis, c’est normal. Ce qui l’est moins, c’est d’afficher cette personne sous prétexte qu’aucune loi ne nous l’interdit. Nous sommes censés être une espèce supérieure (c’est l’argument utilisé par beaucoup pour justifier le fait que nous tuons tant d’animaux pour nous nourrir), il serait temps de le prouver en utilisant notre cerveau, notre bon sens ?
Si je discute avec ma voisine demain et que je ne suis pas d’accord avec ses propos, lui dire sera normal, aller sonner chez tous les autres voisins pour leur dire combien cette voisine dit des bêtises et à quel point, moi, je ne suis pas d’accord avec elle, ce serait mal. Avouez que si je faisais ça dans la vraie vie, vous trouveriez cela absurde. Alors pourquoi diffusons-nous ainsi les tweets des gens pour exprimer notre avis ? Pourquoi les exposons-nous au lieu de leur répondre directement, sans appeler à la haine ?

Internet reste la réalité. Derrière chaque ordinateur ou téléphone ou tablette se cache un être humain avec des émotions, des sentiments, une sensibilité. Ne l’oubliez pas.

Et si vous vous demandez où est le problème dans le fait de retweeter en commentant un sujet polémique (d’une personne lambda comme d’une personne connue, personne ne mérite d’être harcelée, même les pires personnes), essayez de regarder vos abonnés. Admettons que vous en ayez 100, que 50 ne verront pas votre tweet, que 25 s’en moqueront, que 15 décideront de ne pas prendre par au débat, que 5 répondront directement à l’auteur et que 5 feront comme vous et partageront à leurs 100 (ou 1 000 ou 3 000) abonnées… Imaginez combien de personnes vont répondre à celui qui se cache derrière le tweet, combien vont l’afficher et dans le lot combien n’auront pas votre respect, l’insulteront, le descendront, lui cracheront dessus… Voilà comment…

C’est en réalisant cela, que j’ai compris que j’avais fait des erreurs dans le passé et que plus jamais je n’exposerai ainsi des gens sur Twitter, même s’ils tiennent des propos aberrants. (Attention, dénoncez des propos homophobes, racistes, qui appellent à la violence, etc., ce n’est pas pareil. Là, je parle de simples débats dans lesquels nous avons différents points de vue.)

Les réseaux sociaux (Twitter en particulier) sont construits de façon à révéler le plus négatif en nous, mais nous pouvons y mettre du nôtre pour que cela ne devienne pas l’enfer. Ces personnes dont je parle, celles que j’ai vues participer inconsciemment au harcèlement, ce ne sont pas du tout de mauvaises personnes à la base. Au contraire, elles défendent des causes, elles sont bienveillantes, elles sont contre le harcèlement… elles n’ont juste pas réalisé et j’espère qu’elles verront cet article et comprendront comme j’ai compris. Il est temps que nous prenions tous nos responsabilités et de la même manière que nous nous battons quotidiennement pour faire changer les mentalités des personnes tenant des propos sexistes, homophobes, racistes, etc., nous devons nous montrer capables de réaliser nos propres erreurs et de ne plus les reproduire.

Voilà tout ce que je souhaitais exprimer sur le sujet. Comme d’habitude, vous savez que vous pouvez vous exprimer librement avec moi (dans le respect) ♡

4 pensées sur “Le cyber-harcèlement : tous responsables”

  1. Les Lectures d'Aurelalala dit :

    Je te rejoins complètement sur le concept. Et j’ai sûrement eu, moi aussi, des moments peu glorieux… bien que je reste une personne assez invisible concernant les éventuels partages. Ce qui n’excuse rien. J’ai été modératrice, il y a très longtemps, sur un groupe de jeu sur Facebook. Le créateur avait visiblement besoin de rabaisser tout le monde, tout le temps. Il y avait un autre modo qui a pris cher… j’ai vite quitté les lieux. Ça s’est bien terminé pour tout le monde mais depuis je suis méfiante. J’évite les groupes.
    Mais pour en revenir au harcèlement sur internet, c’est tellement facile. Il suffit de regarder n’importe quel post sujet à polémique et de lire les commentaires associés pour avoir envie de vomir. Je ne crois pas qu’on puisse vraiment changer ça. Si on y prend part, même de manière bienveillante, on risque de se faire laminer. Moi, j’ai pas les épaules pour ça… et la plupart des rageux ne se laisseront jamais atteindre, peu importe que les arguments soient recevables. Plus je navigue sur la toile, plus ça me rend triste. Seulement, ma vie sociale aujourd’hui, c’est internet en majeure partie, si je ne compte pas la sphère familiale. C’est déprimant quoi. 😂
    On n’a pas tous les paramètres pour comprendre la colère de certains internautes, pour qu’ils s’enflamment en oubliant que derrière chaque pseudo se cache un individu. Je déteste avoir à déterminer qui a tort ou raison, je me tiens assez loin de ça maintenant.
    Bref. Ton article est très bien. 🙂

    1. Erika dit :

      C’est triste à dire mais on ne peut pas faire grand-chose si ce n’est essayer de notre côté de faire au mieux, de rester bienveillants autant que possible… après il y a certains réseaux sociaux plus « safe » que d’autres je crois. Twitter est vraiment le pire, il est monté de telle façon que c’est obligé que cela parte en vrille ^^’

      1. Les Lectures d'Aurelalala dit :

        Je ne connais pas Twitter. J’y ai un compte mais je m’en sers rarement. Je suis dépassée par le concept. 😅

        1. Erika dit :

          Ce n’est pas plus mal finalement xD

Répondre à Erika

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *