Interviews

[Des plumes et moi] Entretien avec Erika Boyer

« Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Erika et je suis dans l’année de mes vingt-sept ans. J’habite aux environs de Bordeaux, dans une maison dans laquelle je vis avec mon conjoint et nos deux boules de poils. Après m’être essayée à différents emplois et avoir même ouvert ma propre entreprise, j’ai décidé de cesser toute activité professionnelle pour me consacrer à mon foyer et à ma passion de l’écriture. Jeune femme passionnée et incapable de rester à ne rien faire, j’ai de nombreuses activités variées et l’écriture est une des principales !

Que représente l’écriture pour vous ?

Un moyen de communication et un exutoire. Je couche sur papier mes émotions, mon expérience, mes pensées sur la vie en général, et j’essaie ainsi de partager mon opinion avec mes lecteurs mais également de leur proposer une vision peut-être différente de certains sujets. Néanmoins, même si j’aime l’idée de pouvoir passer un message et de faire réfléchir les gens, je reconnais écrire principalement car j’en ressens le besoin. Mes difficultés à extérioriser me poussent à écrire afin de m’apaiser.

Depuis quand écrivez-vous ?

J’ai toujours eu un goût très prononcé pour les mots et notre si jolie langue française. Il y a quelques années j’avais même rejoint un forum d’écriture sur lequel j’ai vécu de très bons moments et où j’ai partagé des textes qui ont beaucoup compté pour moi. J’écris donc depuis très longtemps et mes mots prennent différentes formes, mais je me suis lancée dans l’écriture de mon premier vrai roman en janvier 2016.

Pouvez-vous nous parler de votre premier roman « Pardon » ?

Il s’agit d’une romance assez singulière puisqu’elle concerne un frère et une sœur. J’aborde donc le thème de l’inceste consenti dans « Pardon » et j’essaie d’y dépeindre un amour sincère qui ne parvient pas à être contenu entre les barrières de ce que nous appelons la normalité. Cependant, j’ai choisi de traiter le sujet de manière assez ouverte, en évitant les jugements. Il n’est donc pas question de drame profond, comme on pourrait s’y attendre de la part d’un tel roman, mais bien d’une histoire d’amour véritable et d’une société parfois plus ouverte, parfois encore conservatrice. En résumé, j’ai abordé le thème de l’amour incestueux en laissant ma propre conception de l’idée me guider. Cela m’a permis d’écrire une histoire que je pense plutôt unique et à laquelle on ne s’attend pas forcément. »

Retrouvez l’interview complète sur le blog Des plumes et des livres !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *