Interviews

À la rencontre d’Erika BOYER

“Hello, on se retrouve pour un nouveau rendez-vous auteur. Aujourd’hui, c’est une autrice que j’admire et qui m’apporte beaucoup depuis que j’ai découvert sa plume.

Bonjour à toi, Erika, comment tu vas en ce moment ?

Hello ! Je vais bien, merci. J’espère que toi aussi ?

Au moment où je te réponds, j’ai beaucoup de travail, car je pars bientôt en vacances et que j’ai pas mal de projets en même temps, mais je me porte bien malgré tout ♡

Je suis très contente de partager un petit moment en ta compagnie pour parler de qui se cache derrière Erika Boyer ainsi que de ton travail. C’est parti, dans la joie et la bonne humeur hihi.

Peux-tu te décrire avec 2 qualités et 2 défauts qui te qualifient le plus ?

En qualités, si on parle de choses liées au travail, je dirais que je suis passionnée et travailleuse. En défauts, ce serait sûrement ma difficulté à me mettre en pause et ma tendance au stress. Finalement, mes défauts résultent de mes qualités ha ha !

Quel est ton parcours professionnel ?

J’ai arrêté les études dès que j’ai été en âge de le faire pour travailler. Outre le fait que je ne savais pas ce que je voulais faire de ma vie (à ce moment, on m’avait tant dit que l’écriture n’était pas un vrai métier, qu’il n’était même pas envisageable pour moi de suivre cette voie), j’avais aussi envie de gagner de l’argent et d’avoir mon indépendance. J’ai fait énormément de boulots différents. J’ai travaillé chez un glacier, j’ai vendu des sandwichs, j’ai fait de la garde d’enfants, de la vente par téléphonie, de la caisse, de la mise en rayon, de la distribution de prospectus… Tout ce qui ne nécessitait pas de diplômes, en fait ! Puis j’ai tout arrêté pour monter une entreprise de ventes en ligne de cosmétiques coréens et j’étais prothésiste ongulaire en parallèle. Enfin, je suis revenue à mon rêve d’enfant (en me lançant, je n’étais toujours pas dans l’idée d’en faire mon métier, j’étais vraiment conditionnée par les « ce n’est pas un vrai métier »), et voilà où j’en suis !”

Retrouvez l’interview complète sur le blog de Coralie !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.